top of page

Les outils et l'argile











Une dame me demandait récemment : "quels outils dois - je utiliser pour travailler l'argile?"

Cela me donne l'élan d'en parler.


Le premier outil indispensable, essentiel, qui sera éternellement votre, c'est la main.

Le premier contact avec l'argile est un moment dont on se souvient. Sa texture douce, parfois rugueuse invite à l'exploration. J'aime offrir un morceau de terre aux personnes ne l'ayant jamais travaillée. Les traits de leur visage se font alors miroir de leurs sensations : surprise, plaisir, amusement, curiosité...

Un brin d'enfance est reveillé, une pate à modeler pour les grands leur est offerte, quelle joie!

Les doigts s'aventurent à modeler les formes que crée l'imaginaire. Le mental se tait, nous sommes les témoins muets de l'intelligence du corps qui est à l'oeuvre.

A force de pratique, de recherche, les créations s'affinent, les doigts ne nous permettent plus de travailler avec précision les détails.

On entre alors en quète de l'outil qui se fera habilement la continuité de la main.

Tout est utilisable : couteau pointu, tournevis, gros clou, fil de fer, branche fine dont on a retiré l'écorce, outils de manucure, outils de dentisterie (ceux là sont vraiment efficaces), ustensiles de cuisine ... Pas de tabou, tout ce qui semble pratique et adapté à la main devient l'outil idéal!

Parfois, les mains cherchent à lisser une forme, lui donner une ligne dynamique mais la chair molle de la pulpe des doigts ne s'y prête pas. C'est là que d'anciennes cartes de crédit, spatules, couteau à enduire, morceaux de planche... entrent en scène. Des gestes s'inventent pour les manier avec grâce et dextérité.

Tout ce qui pique, racle, coupe, perce, ponce, est utile.

Chercher une texture, un relief, peut être facilité en utilisant.... tout ce qui nous passe par l'esprit... du crin, des feuilles d'arbre, du tissu, des pierres.... il y a toujours des surprises intéressantes lors de ces recherches.

Lorsqu'il s'agit de faire une plaque d'argile, rien de moins qu'un rouleau à patisserie. La terre calée entre deux morceaux de bois de la même épaisseur, nous offrira la plaque la plus parfaite qui soit après avoir été savammant aplanie par ledit rouleau.

L'argile n'est plastique que lorsqu'elle est humide. Pour conserver cette plasticité il est important de maintenir son humidité. La sculpture en cours de réalisation sera protégée entre deux séances de travail. Pour ce faire, on utilise des chiffons humides qui seront appliqués sur la pièce en argile, puis un sac plastique renfermera le tout pour que l'eau ne s'évapore pas trop vite.

L'éponge nous permettra de jouer à inventer des textures en tapotant sur l'argile, les pots de barbotine ( pâte d'argile délayée dans de l'eau) seront les alliées du collage, de la décoration.

L'atelier devient vite l'antre d'un Géo Trouvetou, repère magique d'objets considérés comme inutiles par les honnêtes gens, mais qui sont là au service du plaisir de la création! Quel beau destin!


Je suis toujours emerveillée de découvrir les outils que les personnes qui viennent dans les ateliers de sculpture/modelage que j'anime, ont déniché. Quelle inventivité! Cela m'est encore plus agréable de les voir se les approprier.

Tout est prétexte, même la recherche d'outils, à oser, rêver, chercher, créer.





20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page